L'Escrinet - 07200 Saint-Etienne de Boulogne - Tél.04 75 87 88 20

Communiqué de Presse - 11 Septembre 2017

Jacques AURANGE 
Président de la Fédération Départementale des Chasseurs de l’Ardèche.

Au lendemain de l’accident de chasse dramatique survenu sur la commune de Toulaud, j’ai tout d’abord une pensée émue pour la victime et sa famille dont on mesure tout à fait l’émotion et l’incompréhension. Ensuite, pour l’auteur du coup de feu qui doit revivre et va connaître pour longtemps des moments d’horreurs et de culpabilité.
Je dois vous demander une fois de plus de réaffirmer à chacun de vos chasseurs les règles essentielles de prudence, d’organisation sans faille et de sang-froid auquel chacun doit se plier.
Je réitère à chaque chasseur l’impérieuse nécessité de respecter scrupuleusement les mesures de sécurité règlementaires et informelles.
Je vous réaffirme qu’en matière de chasse, la sécurité de soi mais aussi la sécurité des autres est une exigence.
La Fédération poursuivra et amplifiera ses efforts de formation en matière de sécurité pour faire en sorte que plus aucun accident ne se reproduise. La sécurité reste et restera plus que jamais le coeur de mes priorités.

Sur un autre sujet, le vendredi 8 septembre dernier, 3 sangliers d’une part et 5 sangliers d’autre part ont été déposés volontairement sur les voies publiques à deux endroits aux alentours de la commune de LAMASTRE, au risque d’une atteinte à la sécurité publique et sanitaire.
On ne peut négliger à l’heure actuelle que cet acte soit lié aux autres dépôts signalés cet été.
Au-delà de l’interrogation légitime sur les modalités et la légalité de l’abattage de ces animaux, nous considérons que ces gestes ne font avancer ni le débat ni les actions en place pour endiguer la problématique du sanglier ; elles sont même contreproductives. Mon souhait et ma méthode comme Président consiste à dialoguer et avancer sur des solutions plutôt qu’à des affrontements anonymes insolubles.
Ce genre de provocation, de défiance envers les chasseurs, émanant d’un ou de quelques individus ne résoudront en rien les situations locales parfois difficiles j’en conviens, mais au contraire vont exacerber et cristalliser les relations locales.

Les chasseurs peuvent aussi organiser certaines opérations pour dénoncer leur mécontentement.
Halte à cette escalade d’actes illégaux, la situation très tendue peut devenir explosive dans certaines communes du département. Chacun doit prendre ses responsabilités, la Fédération prendra les siennes.
Sans préjuger des motivations de ces actes condamnables, la Fédération a alerté l’ensemble des services compétents au fin de constatation et enquête.
Sans attendre et dès aujourd’hui, j’ai saisi en ma qualité de Président de FDC07 le Procureur de la République pour un dépôt de plainte avec constitution de partie civile.
J’invite chacun d’entre vous et en particulier les chasseurs à garder leur sang-froid et à réserver l’ensemble des informations à la disposition des enquêteurs qui seront désignés.

En dernier lieu, je souhaiterais corriger les propos qui me sont prêtés dans le Dauphiné Libéré du 8 septembre dernier ; à savoir que les feuilles de buis ou de chêne vert ne constituent pas un garde-manger pour le sanglier mais bien un couvert dont les conséquences de sa disparition seront difficiles à évaluer pour la faune, sans parler de la très grande perte que constituent ces arbustes pour la biodiversité de ce département.

Dernière modification le mardi, 12 septembre 2017 09:37